You are here

TOP COP21

Vidéos de formation sur le changement climatique et le développement durable

Vidéos écrites par Marlowe Hood et présentées par Claire Snegaroff pour la Fondation AFP
15 février 2016
 
Avec une subvention de la Fondation des Nations Unies, la Fondation de l'Agence France Presse a produit une série de 12 vidéos ((16 à 20 minutes chacune) dans le cadre d'un programme de formation pour les journalistes sur le changement climatique et le développement durable. La Fondation AFP fournit une formation pour les journalistes en Afrique, au Moyen-Orient et en Asie. Ces vidéos ont été écrites par Marlowe Hood, journaliste à l'AFP en charge actuellement de la rubrique Sciences et Environnement en langue anglaise, coordinateur de tous les bureaux de l'AFP sur le sujet du changement climatique. Elles sont présentées par Claire Snegaroff, journaliste à l'AFP et jusqu'en 2013 en charge de la rubrique Environnement en langue française. Les flms ont été réalisés et produits par Jurgen Hecker, journaliste à l'AFP TV.
 
1/Les "frontières planétaires" ou les limites de la Terre
La terre a ses limites et l'homme les met au défi. Quand cette idée a été émise pour la première fois par Thomas Malthus à la fin du 18ème siècle, elle a surpris tout le monde. Jusqu'alors, pour une partie de l'humanité, la nature était une force immuable. La révolution industrielle et technologique a permis à l'homme d'échapper, temporairement, à ces limites, et renvoyé Malthus au rang d'oiseau de mauvais augure. Pourtant ce dernier pourrait avoir eu raison: la capacité de la terre à accueillir l'humanité -- et ce qu'elle décide d'y faire-- n'est pas sans fin. 
 
 
2/Qu'est ce que le changement climatique?
Tout le monde a entendu les avertissements sur le changement climatique: si l'humanité n'arrête pas de rejeter des gaz à effet de serre dans l'atmosphère, le pire est à venir. Et l'humanité a peu de temps pour agir. Mais qu'est-ce exactement que le changement climatique et pourquoi devons-nous tant nous inquiéter? Sans les connaissances de base sur la science climatique, il est impossible de répondre à ces questions. Donc, la meilleure façon de commencer est peut-être de se poser des questions simples comme: quelle est la différence entre la météo et le climat? 
 
 
3/Quand la nature ripose: les impacts du changements climatique
Au début, l'homme a vécu parmi la nature, il en tirait sa subsistance et en craignait les caprices. Puis, il a décidé de la domestiquer et l'exploiter. Mais jusqu'à récemment, il était difficile d'imaginer qu'un jour l'homme pourrait fondamentalement altérer cette nature. Et ce jour est arrivé. Et l'exemple le plus criant est le changement climatique et ses impacts. Dans cette vidéo, nous allons regarder les impacts physiques, comme la hausse des températures ou du niveau des mers; les impacts sur l'homme, individuellement et collectivement, et enfin les effets qui constituent de véritables points de bascule.
 
 
4/Le changement climatique et l'ONU: des débuts hésitants
La  Convention-cadre des Nations unies sur le changement climatique est entrée en vigueur en 1994. Son but: "stabiliser les concentrations de gaz à effet de serre dans l'atmosphère à un niveau qui ne met pas en danger le climat mondial". Autrement dit, éviter la surchauffe. Mais cet accord historique ne précisait pas comment y arriver ou encore dans quel délai. Deux décennies plus tard, la très respectée revue scientifique Nature publiait un rapport sur les accomplissements de la CNUCCC. Et la note donnée était "F" come Failure, "Echec" en anglais. Cette vidéo revient sur les débuts du processus de négociations internationales sur le changement climatique, dans le cadre de cette Convention-cadre, pour comprendre ce qui n'a pas marché.
 
 
5/Le changement climatique et l'ONU: de Copenhague à Paris
A vol d'oiseau, Copenhague n'est pas si loin de Paris. Moins de deux heures en avion. Mais en matière de lutte contre le réchauffement, la distance entre la COP15, la conférence de l'ONU en 2009 et la COP21, qui a eu lieu à la fin 2015 près de la capitale française, se mesure en années-lumière. Dans la vidéo précédente, nous avons retracé deux décennies et demi de négociations, depuis le sommet de la Terre en 1992 à Rio au Protocole de Kyoto et au prémices du sommet de Copenhague. Dans cette nouvelle vidéo, nous reprenons l'histoire où nous l'avions laissée.
 
 
6/COP21:  Un accord historique avec un *asterisque
L'accord de Paris, premier pacte universel sur le climat, a été adopté par 195 nations le 12 décembre 2015. Il a été salué comme une étape "historique". Il s'agit, pour le moins, d'un grand succès diplomatique. Mais il faudra des années avant de savoir si cet accord est celui qui a mis le monde sur le bon chemin ou bien, si cet accord est arrivé un peu trop tard. Nous avons suivi cette COP de la première seconde à la dernière, et nous en dressons un premier bilan dans cette vidéo. 
 
 
7/Réconcilier l'environnement et la croissance économique?
Né après la seconde guerre mondiale, le mouvement de défense de l'environnement moderne s'est construit en opposition à la croissance effreinée du monde industrialisé et son cortège de pollutione. Aujourd'hui, pour beaucoup, agir contre les gaz à effet de serre est synomyme de pertes en points de PIB. Pourtant, l'apparente contradiction entre croissance économique et intégrité environnementale commence à ressembler à un faux dilemme.
 
 
8/Vers une économie zero-carbone
Tout scenario plausible pour limiter la hausse de la température de la planète à un seuil acceptable implique de remplacer les énergies fossiles par des énergies qui émettent peu, voire pas de carbone. Ce chemin vers un avenir bas-carbone sera différent pour chacun des 195 pays de la CNUCCC. Mais au bout du compte, ce sont leurs efforts combinés qui devront permettre de garder un monde "bien en-deçà de 2°C" supplémentaires par rapport à l'ère pre-industrielle.
 
 
9/Changement climatique et forêts: Quand l'homme coupe la branche....
Le bien-être de notre espèce, et de nombreuses autres, est lié à la santé de nos forêts. Près d' un milliard de personnes en dépendent directement pour vivre. Et pour l'ensemble de l'humanité, eles sont comme un poumon qui absorbe le carbone émis et rejette à la place de l'oxygène. Et pourtant, comme un gros fumeur, nous abusons de cet organe vital. Chaque minute, l'équivalent de 50 terrains de football en couvert forestier sont détruits. Et non seulement la déforestation diminue la capacité de la terre à absorber du CO2,  couper et brûler des arbres libèrent en outre de grandes quantités de gaz à effet de serre dans l'atmosphère.
 
 
10/Changement climatique et océans: ... et empoisonne son puits
Les océans sont l'élement vital de la planète. Couvrant plus des deux tiers de la surface du globe, ils régulent la météo, le climat et la chaîne alimentaire. Sans eux, notre planète serait juste un autre cailloux stérile dans l'univers. Et pourtant, l'homme a traité cette ressource avec négligence. Il l'a polluée,  l'a pillée jusqu'à amener certaines des espèces maritimes au bord de l'extinction, et en a changé la composition chimique. Les océans sont, en résumé, la plaque sensible de ce que l'activité humaine peut avoir de plus destructrice.
 
 
11/L'adaption ou l'art de composer avec le changement climatique
La lutte contre le réchauffement peut se diviser en deux catégories. L'atténuation attaque le problème à sa source, en réduisant la quantité de gaz à effet de serre émis dans l'atmosphère. L'adaption consiste, elle, à faire face aux effets déjà constatés ou attendus du changement climatique. Avec une hausse des températures de 1°C depuis la révolution industrielle, la modification du système climatique a déjà commencé à faire des ravages des pôles aux tropiques, depuis les profondeurs de l'océan jusqu'aux sommets les plus hauts. Et même si l'humanité parvenait à limiter le réchauffement "bien en-decà de 2°C", les conséquences seraient énormes, comme la nécessité de s'y adapter.
 
 
12/La géo-ingéniérie: une mauvaise idée dont l'heure serait venue?
Il y a une phrase souvent répétée par les militants écologistes: "il n'y a pas de plan B pour notre planète". Et c'est exact, si l'humanité ne gère pas comme il faut les ressources du globe, elle pourrait ne pas avoir de seconde chance. Cependant, il y a bien quelque chose que de nombreux scientifiques appellent le "plan B": la géo-ingéniérie. Appliquée au changement climatique, elle se divise en deux catégories. La première consiste à extraire le CO2 de l'air. La seconde s'appelle la "gestion du rayonnement solaire", il s'agit alors de refléter ou détourner le retour des rayons du soleil. Ce qui amène à la question: la géo-ingéniérie serait-elle une mauvaise idée, et nous allons vous expliquer pourquoi, mais dont on pourrait ne pas pouvoir se passer?