You are here

News

La Fondation AFP annonce le lancement d’Africa Check en français

Ce site est la version française du site anglophone www.africacheck.org, lancé en octobre 2012 en partenariat avec l’Université du Witwatersrand à Johannesbourg et primé plusieurs fois. Depuis son lancement, le site a reçu près de deux millions de visiteurs et a récemment étendu son activité de l’Afrique du Sud vers d’autres pays comme le Nigeria et le Kenya.
« Le projet Africa Check a reçu deux récompenses pour son aspect novateur, apportant une vérification des faits indépendante et impartiale au débat public et aux médias de l’Afrique anglophone », a indiqué Emmanuel Hoog, Président-Directeur Général de l’AFP et Président du Conseil d’Administration de la Fondation AFP. « Nous espérons atteindre un succès similaire dans les pays francophones du continent. »
Le nouveau site, répondant au nom d’Africa Check_FR, est édité par le journaliste sénégalais Assane Diagne, ancien Rédacteur en Chef de l’agence de presse APS.
Assane Diagne a déclaré : « Tous les jours, les réseaux sociaux et les médias traditionnels sont inondés d’affirmations de leaders d’opinion dont l’exactitude laisse à désirer. C’est ce vaste terrain-là, laissé vierge jusqu’ici par la presse africaine, qu’Africa Check essaie d’explorer. »
Le lancement du site a été annoncé à Johannesbourg pendant l’édition 2015 du prix africain de vérification des faits, co-sponsorisé par la Fondation AFP et Africa Check. L’événement a été organisé par l’Initiative des médias d’Afrique (AMI).
Le grand prix a été remporté par Benjamin Ezeamalu, un journaliste du site d’information nigérian Premium Times, pour un reportage démontrant comme fausses plusieurs déclarations faites par des personnalités publiques au Nigéria sur la législation relative à l’âge du consentement.
Les deuxième et troisième prix ont été remis à Phillip de Wet, un journaliste du média sud-africain Mail & Guardian, pour un reportage sur la controverse autour des dépenses sur le logement du Président Jacob Zuma en comparaison avec l’ancien Président Nelson Mandela, et à Pieter-Louis Myburgh, journaliste pour le groupe Media24, également en Afrique du Sud, pour un reportage démentant des affirmations sur la sécurité ferroviaire.
Le grand vainqueur reçoit une dotation de 2.000 euros et les deuxième et troisième prix 1.000 euros chacun.
L’édition de cette année a attiré 51 journalistes venant de 15 pays.